AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Let the sun shine (liam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

it's me, Invité darling !



MessageSujet: « Let the sun shine (liam)   Mar 7 Juil - 10:25




_ let the sun shine (a) _
&
_ let the sun shine (a) _
    « Foutue caisse »

    Le coup de pied ne se calcula pas pour la jeune femme dont la voiture avait décidé de faire des caprices en plein centre du route perdue dans un état d’Amérique tout aussi paumé sous un soleil d’aplomb en plein milieu de journée… Frappant aussi fort qu’elle put sur le pneu de sa caisse, elle soupira en se retournant ensuite pour s’appuyer sur le pare choc et fourrer son visage entre ses mains d’un air désespéré. Pourquoi avait-il fallu qu’elle quitte son motel ce matin là et pourquoi avait-il fallu qu’elle se retrouve ici, sur la route 66, seule et en panne ? Pourtant, tout avait débuté comme à l’accoutumée, enfin, comme à l’accoutumée depuis qu’elle s’était installé dans le motel le plus minable de la ville, le seul aussi fallait-il le dire, de Jericho. Une ville complètement insalubre et surtout perdue, le ‘’trou du cul du monde’’ comme dirait l’autre, et si vous vouliez savoir pourquoi la jeune femme qui cultivait une certaine allure très classe et luxueuse se trouvait dans ce patelin, il vous suffirait de vous approcher un peu plus près de sa vie et de son passé. Agent pour les autorités d’Amériques depuis bien longtemps, elle était aujourd’hui dans l’équipe des ‘’fédéraux’’ et c’était en mission qu’on l’avait transférée dans ce taudis. Jericho était depuis quelque temps la scène de plusieurs meurtres dont les faits, non avérés, se trouvaient assez mystérieux et pour le moins inexplicable, enfin, pas tout à fait. Le Zodiac, un tueur en série des années 80 qui s’était joué de la police pendant plusieurs mois en laissant suffisamment d’indices sur chaque scène de crime pour comprendre qu’il s’agissait de lui, semblait avoir recommencé à frapper. Une fois de plus, bien malgré elle, elle s’était retrouvée catapultée à l’autre bout du monde pour une mission sans intérêt qui consistait à protéger les citoyens de Jericho en attendant que les renforts arrivent. Et quels renforts s’il vous plait ! Son fiancé, William Balzac en personne, serait de ceux qui la rejoindrait plus tard et croyez le ou non, il lui manquait terriblement. Ce matin là, elle avait reçu un appel du comté voisin, les autorités voisines pour être plus précis, qui cherchait à la voir pour la mettre au courant de certains détails dont elle n’était pas encore au courant et dont ils devaient lui faire part.

    « Vous êtes en danger Mademoiselle, en danger constant… Comme si je me sentais en parfaite sécurité avec un tueur dans les parages. N’importe quoi ! »

    Enervée, elle s’était installée derrière son volant après avoir lancé un appel au garage le plus proche, celui de Jericho, qui lui avait assuré un dépannage rapide. Quelle bonne idée ! Se remémorant son entretient du matin avec un commissaire en surcharge pondérale dont la chaleur faisait dégouliner chaque pores de la peau comme un melon bien mûre qui coule à peine à on le coupe par la moitié. Boudiné dans son uniforme, il ressemblait à une de ces caricatures pathétiques du gendarme autoritaire, à ‘’l’agent 212’’… N’importe quoi. Elle s’était sentie étouffer dans le bureau de M. Wood, renfermé, il était étroit et la taille du bureau était tellement immense qu’il prenait à lui tout seul plus des trois quarts de la pièce. Mal installée dans son fauteuil, elle l’avait écouté durant plus d’une heure et demie lui déblatérer des choses qu’elle savait déjà dans le genre ‘’vous courrez désormais un grand risque en vous mêlant des affaires du Zodiac’’. Finalement, il lui avait tout de même donné une copie du dossier complet sur l’affaire de ce mystérieux tueur qu’il lui avait demandé de lire attentivement et de prendre connaissance afin d’en savoir plus sur l’homme qu’elle était censé rechercher en civil à Jericho. La joie en quelque mot ! Une matinée de perdue à écouter un vieil obèse en mal d’affection avait donné à Pearl un avant-goût de ce qu’était à présent sa nouvelle vie ici. Elle n’avait alors hâte que d’une chose, que William débarque enfin.

    « Répond s’il te plait… Répond ! »

    Assise derrière son volant, elle tentait tant bien que mal de joindre l’homme à qui elle avait offert sa main et qui allait bientôt devenir son mari officiel. Mais rien, seul le répondeur lui raisonnait à présent dans le crâne et un énorme vide se creusa en elle. Rageant, elle jeta le portable sur la banquette du passager et sorti du véhicule qui ressemblait plus à une fournaise qu’à quelque chose. Habillée d’un jeans léger et d’un survêtement en satin et à motif estival, elle enfila ses lunettes de soleil et scruta l’horizon. Les cheveux détachés, une légère brise qui passait de temps à autre lui soulevait les quelques mèches qui tombaient devant ses yeux d’un vert d’émeraude, elle soupira en ne voyant venir personne, et surtout pas le dépanneur du garage qu’elle avait appelé il y avait déjà 1O minutes.

    « N’importe quoi ! Il va m’entendre celui-là. »

    Elle n’était pas habituée à tant de laisser pour compte. Elle qui avait été élevée comme toute jeune femme qui se respecte, habituée à vivre dans un petit monde de luxe qu’elle s’était créé avec son métier, sa position et son fiancé, elle avait de la peine à se faire à la vie de ‘’cambrousse’’ que lui offrait Jericho. Elle ne comprenait pas les gens qui y vivaient et ne voyaient pas sur quoi la jeunesse pouvait bien déboucher en grandissant dans un lieu pareil. Mais qu’importe, elle ne serait jamais une habitante à part entière, même si on lui avait déjà fait la remarque tant la blondeur de ses cheveux rappelait les champs de maïs qui s’étendaient en dehors de la ville. Elle se surprit à sourire lorsqu’un bruit de moteur rugissa dans le lointain. Ils arrivaient enfin, elle soupira en ouvrant la portière de sa voiture pour laisser circuler un peu l’air, et rangea l’arme qu’elle avait posée sur le siège du passager en cas d’urgence dans la boîte à gant. Son identité était secrète pour tous, elle était ici en tant qu’agent immobilière et sa couverture ne devait en aucun cas être découverte.
Revenir en haut Aller en bas

•• At The East Of Eden ••avatar
it's me, Liam A. O'Connor darling !


Date d'inscription : 19/03/2008
Nombre de messages : 2712
x group : Bounty Hunters
x my job : Officiellement mécano, officieusement chasseur à la dérive
x my adress : Motel de Jericho
icon © mymiiex

x Crédits : avatar © deviltemptation - sign © dodixe

x CARNET DE BORD
Actors of my life:
Something to say ...:
MessageSujet: Re: « Let the sun shine (liam)   Ven 10 Juil - 1:31

    Il y avait une chose à laquelle Liam avait vraiment le plus grand mal à se faire depuis qu'il s'intéressait au Zodiac, c'était la routine. C'était d'ordinaire un mot que notre jeune homme ne connaissait pas, sa vie était même l'exact opposé d'une quelconque routine lorsqu'on y réfléchissait, et c'était peut-être justement ce qui rendait son train de vie supportable. Liam n'était en effet pas habitué à s'attarder sur une enquête aussi longtemps que c'était le cas, et même si les choses étaient cette fois-ci différentes puisque son enquête était maintenant surtout une histoire de vengeance personnelle, il n'en demeurait pas moins qu'il nageait en ce moment en eaux inconnues. Les enquêtes de longue haleine ce n'était vraiment pas son truc, d'ailleurs les enquêtes tout court ce n'était plus vraiment sa tasse de thé non plus, dire qu'il avait hésité à suivre son père sur cette histoire de Zodiac, il aurait mieux fait de suivre son instinct au lieu de se fier à celui de son père, il ne serait peut-être pas dans une telle galère maintenant et par dessus tout Ewan O'Connor lui serait peut-être encore en vie. Mais non au lieu de ça il se retrouvait là, devant une enquête qui stagnait pour toute personne qui essayait de s'y frotter quelque soit son expérience passée en la matière, et il devait continuer à ressasser toujours la même chose jours après jours en se disant que le seul espoir qui lui restait était de prier pour qu'un indice même minuscule finisse par tomber du ciel en guise de signe ... Mais dommage pour Liam il ne croyait en rien, aucunes chances donc qu'il lui vienne à l'idée de prier qui que ce soit.
    Sa seule possibilité était donc de se lever chaque matin pour aller bosser en continuant à éviter le Shérif, boire dès qu'il le pouvait et réparer des voitures pour se faire un minimum de blé. Avouez que cela avait de quoi faire se réveiller du pied gauche n'importe qui, qui souhaiterait avoir un quotidien pareil et surtout dans une ville aussi perdue et commune que Jericho ; C'était à peine le genre de ville ou Liam se voyait finir ses vieux jours alors pour ce qui était d'y vivre maintenant on comprenait que ce soit frustrant, surtout quand comme lui on avait eut l'occasion de s'attarder dans à peu près toutes les parties de ce pays.

    Un matin comme un autre donc, où Liam s'était levé du pied gauche pour ne pas changer. Comme à chaque fois il se disait d'un air qui n'arrivait même pas à le convaincre lui-même qu'une gorgée de Whisky suffirait à estomper un peu cette mauvaise humeur, mais finalement deux verres plus tard il en était toujours au même point. Oui, Liam carburait au Whisky dès le réveil désormais, c'était de pire en pire sans aucun doute, mais oubliez tout de suite l'idée saugrenue de lui faire la morale cela n'y changerait absolument rien. C'était lui qui ouvrait la station service ce matin là, April avait un empêchement et il avait donc dût s'y coller. Cela dit se lever tôt n'était plus un réel problème pour lui car il ne dormait plus que d'un œil lorsqu'il arrivait à s'endormir et en fin de compte se lever tôt n'était même plus un effort à faire puisqu'il était rare qu'il se rendorme après s'être réveillé aux alentours de quatre heures et quart. Il était réglé comme une horloge et se réveillait sans effort particulier toujours à la même heure, il était seulement dommage que son horloge intérieure se soit réglée malgré lui deux voir trois heures trop tôt.
    Voilà donc notre Liam tout seul à la station service, à six heures du matin à peine cela n'avait rien d'étonnant à vrai dire, et ayant allumé la radio pour avoir un bruit de fond, les informations feraient l'affaire, il buvait sa troisième tasse de café en attendant que quelque chose se passe ... Il avait comme le sentiment que la journée allait être longue. Très longue. Il avait finit par éteindre la radio, le Zodiac à nouveau revenait dans les conversation et le refrain il le connaissait, c'était toujours le même. Cinquième tasse de café, il était difficile de savoir à ce stade là si c'était l'alcool ou bien la caféine qui était le plus devenu un besoin vital pour lui ; Et il attendait toujours.

    Il était maintenant huit heures et quart et April venait tout juste d'arriver. Enfin Liam allait pouvoir quitter la boutique pour retourner à son garage, après avoir presque prié pendant deux heures pour qu'aucuns clients ne passent la porte ; Il détestait devoir se forcer à être aimable avec les clients, il trouvait ça barbant et hypocrite, et il détestait les hypocrites. Tout seul dans son garage il pouvait à nouveau reprendre son ennuyeux train-train quotidien, à savoir pour le moment remettre un peu d'ordre dans la pièce puisqu'il n'avait aucuns moteurs à réparer ou vidanges à effectuer ; Il avait là aussi rallumé la radio mais avait tourné le bouton jusqu'à arriver à une station qui diffusait à l'instant un vieux standard de Johnny Cash, “Hurt”. Tout en remettant à leur place d'origine clef à molette et autres tournevis, le jeune homme fredonnait les paroles de cette chanson qu'il connaissait par cœur tellement il l'avait entendu par le passé « What have become my sweetest friend ? Everyone I know goes away in the end » D'ordinaire on disait que les gens fredonnaient lorsqu'ils étaient de bonne humeur, mais dans le cas de Liam c'était en fait le fait de fredonner qui lui permettait d'évacuer un peu de sa mauvaise humeur persistante. Pourtant cette chanson n'était pas des plus joyeuses, mais c'était les souvenirs qu'elle transmettaient qui lui mettaient un peu de baume au cœur.
    Il était pratiquement dix heures lorsque April pointa le bout de son nez dans le garage, cherchant plusieurs secondes Liam des yeux avant de se rendre compte qu'il se tenait derrière la dépanneuse.

      April - Va falloir démarrer cette vielle gimbarde, j'viens de recevoir un coup de fil pour un dépannage
      Liam - Si tu dis ça comme si ... Ça fait combien de temps qu'elle a pas roulé ? Suspect
      April - Depuis le dernier dépannage ... en Juin
      Liam - Bah, ça fait pas si longtemps que ça elle sera pas vraiment rouillée
      April - Juin ... de l'année dernière ^^'
      Liam - Je vois ... J'sens qu'on va rigoler Rolling Eyes

    Et effectivement la capricieuse dépanneuse avait été un peu lente au démarrage, il avait fallut le temps de laisser son moteur chauffer un peu avant de pouvoir espérer en faire quelque chose et Liam se disait déjà que peu importe le problème de la voiture qu'il allait avoir sur les bras en tous les cas dès ce problème là résolu il allait devoir s'atteler à restaurer un peu cette vieille guimbarde, sinon il y avait des chances pour que la prochaine voiture en panne doive se débrouiller seule.

    Il avait enfin atteint le lieu de "l'accident" et dès lors qu'il fut presque à la hauteur de l'autre véhicule il vit en descendre une jeune femme qui de toute évidence commençait d'ores et déjà à perdre patience. Cependant Liam n'avait aucune intention pour autant de se trainer à ses pieds en excuses, elle devrait déjà s'estimer que ce trou perdu possède une dépanneuse et puis en plus de ça il ne l'avait pas non plus fait attendre pendant toute une demi-journée. Se garant sur le bas côté quelques mètres à peine devant la voiture immobilisée de la jeune femme, il coupe le moteur avant de descendre de son engin pour aller à la rencontre de cette blonde qu'il ne se souvenait pas avoir encore croisé à Jericho. Il en déduisait par conséquent qu'elle ne devait pas être ici depuis très longtemps car dans un patelin aussi petit que l'était cette bourgade de Californie les nouveaux visages se repéraient quasiment au premier coup d'œil. « Besoin d'une dépanneuse à ce qu'on m'a dit ? » Par politesse Liam avait tendu sa main vers la jeune femme ; Il n'était pourtant pas vraiment du genre à user de ce genre de politesses, mais ce n'était pas vraiment l'avis d'April et Liam tenait tout de même à garder son boulot alors même si cela le barbait un peu il n'avait pas d'autre choix que celui de faire des efforts.

_________________
I cant believe I said I'd lay our love on the ground
But it doesn't matter cause I've made it up forgive me now
Everyday I spend away my souls inside out
Gotta be someway that I can make it up to you now, somehow.
I'D COME FOR YOU • NICKELBACK
Please don't dwell on it, cause I didn't mean it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://road-666.motards.net

Invité

it's me, Invité darling !



MessageSujet: Re: « Let the sun shine (liam)   Ven 10 Juil - 9:29

    La moutarde lui montait au nez ? Nan, Pearl pouvait en supporter d’autre. Bon d’accord, être coincée à Jericho, sans connaître personne et devoir mentir sur son métier alors qu’elle était là pour une raison bien précise, ce n’était pas évident, mais devoir se lever tôt dans la matinée pour écouter un vieux chérif bidonnant lui expliquer des choses dont elle était déjà au courant et tomber en panne sur le chemin du retour, c’était pire que tout. Insupportable, surtout pour quelqu’un comme elle qui n’avait jamais l’habitude d’attendre qui que ce soit ni quoi que ce soit. Qui plus, fallait-il l’avouer, William lui manquait terriblement et chaque jour, la distance creusait dans leur couple une sorte de brèche dont elle n’était pas sûre d’arriver à détourner les remparts. Willy était le seul être qui la raccrochait vraiment à son métier, comment aurait-elle pu continuer de l’exercer si lui la quittait ou si leur relation battait de l’aile. Seule dans sa voiture, elle se mit à imaginer des scénarios qui ne lui plurent pas du tout, ramenant aussi sa main contre son cœur et frottant énergiquement la bague que lui avait offert Willy en lui demandant sa main lui permit de mettre un terme à toutes ces pensées qui n’étaient pas positives pour un sous. Elle soupira en regardant l’heure sur son I-touch, le dépanneur prenait son temps, décidemment. Dans cette ville, rien n’allait comme elle l’aurait souhaité, toujours est-il qu’elle y était bloquée, et pour plus d’une journée. La chambre dans laquelle elle créchait en attendant son fiancé était insalubre et inqualifiable, les seuls adjectifs auxquels elle aurait pu se rapporter étaient peut-être ‘’dégueulasse, vétuste, bon marcher et morbide’’. Une petite pièce dénuée de tout ce qui aurait été utile pour rentabiliser un maximum d’espace et ainsi, obtenir un motel avec plus de 5O chambre dont la moitié ne servaient pratiquement jamais. Pas de télévision, pas de radio, même pas de quoi se tenir informée des dernières nouveautés en ville et des derniers crimes commis par la seule chose qui la passionnait encore à Jericho, le Zodiac. De toute évidence, elle n’avait même pas le droit de tenter quoi que ce soit contre cet assassin tant que les renforts, Willy et son équipe, n’avaient pas débarqué en ville. Et si l’action lui manquait énormément, son fiancé était sûrement la chose qu’elle avait le plus hâte de retrouver à Jericho, ensemble, ils pourraient au moins supporter mieux cette absence… de tout !

    Elle ferma les yeux une seule seconde, le temps de prendre une bonne respiration pour se détendre. Les muscles bandés, elle se sentait vulnérable et crispée sans son petit ami et abandonnée dans le trou du cul du monde ne l’aidait pas à se sentir plus en sécurité. Surtout lorsqu’elle savait le nombre de meurtres qui se passait sur le bord des routes dans ce genre lorsqu’une jeune femme tombait en panne. L’arme sur le siège du passager, elle l’observa un moment. Après avoir suivit 1O bonnes années d’entraînement, elle pouvait facilement dire qu’elle maîtrisait parfaitement l’auto-défense. Mais même armée, elle ne se sentait pas plus en sécurité. Le Zodiac avait abattu plus d’un policier et elle savait pertinemment que sa vie pouvait rapidement basculé d’un côté ou de l’autre du fil du rasoir, voila pourquoi elle se languissait de William et pourquoi elle ressentait chaque jour de plus le besoin de le sentir près d’elle, pour la rassurer. Elle prit dans sa main droite son arme et la posa sur ses jambes, de sa main gauche, elle caressa ses cheveux doucement avant la poser sur le volant. Déjà plus d’une demi-heure qu’elle avait appelé le garage et toujours personne à l’horizon. Elle soupira à nouveau.

    Elle tourna ses clés et mis le contact pour allumer la radio. Une vieille chanson de Rascal Flatt passait sur la seule onde que Jericho pouvait capter et après avoir vécu plus d’une semaine dans la ville, elle fut étonnée de connaître la première musique qui raisonna aussitôt dans tout l’habitacle. Elle sourit en coin en se rappelant le merveilleux souvenir que pouvait lui rappeler cette chanson et ferma doucement les yeux. S’imaginant alors à nouveau avec William sur cette plage, proche de Los Angeles, l’endroit même où ils s’étaient embrassés pour la première fois. Et puis, ensuite, ce petit restaurant dans lequel il l’avait emmené le jour même pour dîner. C’était dans ce restaurant qu’elle avait entendu cette chanson pour la première fois, en bruit de fond, mais qu’elle avait instinctivement reconnue lorsqu’elle avait allumé sa voiture. Déjà plus d’un an, et regardez le résultat… Un an plus tard, elle se retrouvait seule, abandonnée sur une route paumée, dans un coin que même les cartes n’affichaient pas avec pour seule compagnie une botte de foin et peut-être un tueur en série. La vie n’était-elle pas belle ? Pearl perdait patience, mais gardait son calme, comme à l’accoutumée. Elle détacha ses longs cheveux cendrés et se mit alors à s’amuser avec ses plus longues mèches lorsqu’un bruit de moteur se fit entendre. Elle plissa les yeux dans le rétroviseur et reconnu la dépanneuse, un petit sourire se forgea sur son visage. Sourire qu’elle perdit aussitôt une fois qu’elle sorti de son véhicule et qu’elle reconnu le garagiste. Liam O’Connor. Elle l’avait déjà entre aperçu dans son garage, et dans le seul bar de la ville. Elle grogna intérieurement, lui non plus ne semblait pas très pressé de lui venir en aide d’ailleurs et d’une attitude plus qu’hautaine, elle le fixa en enlevant ses lunettes de soleil.

    Celui-ci tapait de plus en plus fort tant ils se rapprochaient de midi, bientôt à son zénit, on aurait presque pu associer cette image à la colère que ressentait Pearl. Bizarrement, elle ne pu vraiment se retenir et lorsqu’il s’approcha d’elle en lui tendant la main, elle ignora son geste. D’ailleurs, elle ne le regarda pas plus que tant et se tourna presque aussi vite vers sa voiture pour la pointer du regard. Avant de déclarer sur un ton assez neutre, mais qui avait tendance à pointer vers une légère colère bien distincte.

    « Problème de moteur, je suppose. Enfin, c’est vous le garagiste, vous vous y connaissez mieux que moi… Je l’espère ! », fit elle sans grande conviction tout en se retournant alors vers lui et en le jaugeant du regard. Il avait beau avoir une gueule d’ange et un physique attirant, elle ne prit en considération que le temps qu’il avait mis pour venir la dépanner et franchement, elle lui aurait volontiers fait la remarque si elle n’avait pas été si pressée de retrouver sa chambre…


    Un éclair de lucidité la frappa lorsqu’elle le vit partir en direction de sa caisse. Sa couverture officielle était d’être agent immobilier, or, dans sa voiture, il y avait une arme à feu et le dossier contenant toutes les informations sur le Zodiac. Prise d’un élan de panique, elle le rattrapa très rapidement, le dépassa et se lança dans sa voiture pour ranger le tout sous le siège du passager à une vitesse folle et en en ressortant avec les clés dans les mains. Elle les lui tendit, sans lui sourire une seule seconde.

    « Tenez ! » rétorqua-t-elle en soupirant doucement. Espérant n’avoir pas paru trop louche et avoir suffisamment caché les preuves pour ne pas qu’elle soit démasquée dans sa couverture. Même si l’arme à feu pouvait facilement être dissimulé derrière le fait qu’avec tout ces meurtres, elle cherchait à se protéger, le dossier de la police sur le Zodiac ne pourrait pas être expliquer aussi facilement… Quelle poisse !

    {Par rapport à ton poste, c'est la daube ce que j'fais, désolé !}
Revenir en haut Aller en bas

•• At The East Of Eden ••avatar
it's me, Liam A. O'Connor darling !


Date d'inscription : 19/03/2008
Nombre de messages : 2712
x group : Bounty Hunters
x my job : Officiellement mécano, officieusement chasseur à la dérive
x my adress : Motel de Jericho
icon © mymiiex

x Crédits : avatar © deviltemptation - sign © dodixe

x CARNET DE BORD
Actors of my life:
Something to say ...:
MessageSujet: Re: « Let the sun shine (liam)   Ven 4 Sep - 16:37

    De toute évidence Liam et Pearl étaient l'un et l'autre aussi peu motivés à entamer le semblant de conversation qui leur serait nécessaire pour arriver au bout de ce dépannage imprévu. Après avoir garé la dépanneuse sur le bas côté il avait toisé de loin la jeune femme pendant plusieurs secondes, juste pour voir un pu à qui il avait affaire. Elle semblait aussi aimable que lui l'était, ce qui promettait un échange assez crispé et peu agréable ; Mais au fond Liam s'en fichait bien, il n'était pas du genre à engager la conversation avec une ou une inconnue sans raison valable et en plus de ça le visage fermé de cette nana lui en aurait de toute façon coupé toute envie éventuelle. Pourtant il se devait de faire bonne figure cette fois-ci, pas qu'il en ait envie mais il ne tenait pas à ce que cette cliente aille se plaindre de ses services à April lorsqu'elle lui règlerai le dépannage, Liam tenait à son boulot car c'était la seule chose qui lui garantissait une couverture fiable pour le moment. Il avait donc tant bien que mal essayé de ravaler sa mauvaise humeur et avait tendu vers elle une main déterminée en guise de politesse. Loupé. Peu importe pour qui se prenait cette fille ce qui était certain c'est qu'elle s'estimait trop bien pour se montrer un tant soit peu poli avec la personne qui allait s'occuper de sa voiture … Elle mériterait qu'il s'en aille et qu'il la laisse en plan avec sa caisse tien, on verrait bien ensuite si elle s'obstinait toujours à se montrer aussi peu respectueuse. Mais non, il fallait se taire, faire comme si et effectuer le travail pour lequel il était payé, à savoir s'occuper de la voiture de cette fille sans broncher et sans faire de vagues.
    Ignorant donc le manque de politesse et de tact certain de cette demoiselle Liam se renseigne directement sur le problème qui l'avait obligé à faire appel à une dépanneuse. Comme il s'y attendait elle lui répondit de manière tout aussi chaleureuse et courtoise qu'il s'y attendait - hemhem - et le ton qu'elle employait montrait bien à quel point elle était excédée de se retrouver en panne au beau milieu de cette étendue désertique que le progrès technique semblait avoir oublié d'asservir « Problème de moteur, je suppose. Enfin, c’est vous le garagiste, vous vous y connaissez mieux que moi… Je l’espère ! » Trop aimable vraiment cette façon de lui faire remarquer qu'il avait la dégaine de quelqu'un d'à moitié incompétent. Liam fulminait à l'intérieur de lui-même, il détestait que l'on se paie sa tête et n'avait jamais laissé personne lui parler de cette façon depuis l'école primaire, il avait bien l'intention que cela continue d'ailleurs ainsi. Tant pis pour ce qu'en penserait April, si cette fille voulait jouer au plus désagréable des deux alors soit, Liam aussi commençait à avoir envie de jouer un peu.

    « En effet je l'espère aussi ... Pour vous. » Après quoi il fit deux ou trois pas en avant pour se diriger vers la voiture, mais là encore la jeune femme fit une nouvelle fois des siennes et le devança en courant presque à moitié pour se précipiter dans l'habitacle du véhicule en y recherchant frénétiquement quelque chose que Liam n'eut l'occasion de découvrir qu'une fois qu'elle ressortit de là et se tourne à nouveau vers lui, les clefs de son véhicule à la main. « Tenez ! » Liam scruta la jeune femme quelque instant avant de finalement s'emparer des clefs qu'elle lui tendait, mais ne put s'empêcher cependant de lui faire remarquer d'un air cynique « Votre voiture était déjà ouverte ... J'avais pas spécialement besoin de vos clefs » Et puis il fallait voir un peu la façon dont elle s'était précipité pour lui couper la route et s'engouffrer dans sa voiture, tout ça pour de simples clefs ... L'esprit aiguisé de chasseur qui définissait Liam ne pouvait qu'en être intrigué, mais cependant il ne voyait pas non plus ici de quoi s'alarmer. A en juger par la dégaine de cette fille, sa façon de parler et son style vestimentaire, elle ne correspondait pas du tout au profil type du chasseur de prime ; D'ailleurs à bien y réfléchir un chasseur de prime digne de ce nom n'aurait jamais laissé sa caisse aux mains d'un parfait inconnu. Un flic peut-être ? Non, elle n'aurait pas manqué de laisser son insigne bien en vue, ces imbéciles de flics faisaient toujours ça pour se donner de l'importance face aux autres. Un fédéral peut-être ? L'idée était à creuser, après tout il ne savait rien de cette fille alors le mieux était sans doute de rester prudent et de ne pour le moment pas chercher à trop en savoir sur elle pour ne pas se faire griller de quelconque manière que ce soit ... Après tout il aurait tout le temps d'étudier les moindres faits et gestes de cette fille un peu plus tard si il estimait que cela valait le coup.

    Pour le moment il se contente d'aller sans faire plus d'histoire jeter un coup d'oeil à cette voiture. Ouvrant le capot il n'eut même pas besoin d' s'attarder pour trouver ce quoi n'allait pas, la chose était flagrante. Essuyant ses mains au chiffon déjà couvert de cambouis qu'il gardait accroché à sa ceinture pendant ses heures de travail, il laisse le capot ouvert pour le moment mais relève la tête vers la propriétaire du véhicule et lui donne son "diagnostic" « La courroie de distribution est naze, j'vais devoir vous la changer » Le plus 'drôle restait à venir cependant, car cette femme ne semblait pas habitée par le phénomène de la patience et il y avait fort à parier que ce que Liam s'apprêtait à lui dire n'allait en rien arranger son humeur bien au contraire. « Le truc c'est qu'on en a pas à la station service, va falloir que j'aille à Carbona pour en acheter une ... Donc j'espère que vous n'aurez pas besoin de cette caisse pendant les trois prochains jours » Il avait un peu exagéré, en réalité sa voiture aurait pu être remise en état pour le lendemain en fin de matinée, mais Liam avait préféré opter pour le sur-lendemain, simplement histoire de gâcher un la journée de cette fille, ça lui apprendrait à se montrer aussi aimable qu'une porte de prison. Et puis il ne mentait aps vraiment d'ordinaire il s'occupait des réparations dans l'ordre d'importance, et bien cette fois-ci il ferait simplement passer la voiture du vieux Fred, qui n'en avait pourtant pas besoin avant la semaine prochaine, avant celle de mademoiselle, qui n'aurait donc pas d'autre choix que d'attendre le sur-lendemain pour récupérer sa voiture ... C'était ça ou bien se déplacer à pieds après tout, et dans un endroit aussi paumé que Jericho elle ne risquait pas d'aller bien loin avec ses guiboles pour seul moyen de locomotion.


    HJ ; Mais nan elle est très bien ta réponse, surtout comparée à celle que je viens de faire x'D

_________________
I cant believe I said I'd lay our love on the ground
But it doesn't matter cause I've made it up forgive me now
Everyday I spend away my souls inside out
Gotta be someway that I can make it up to you now, somehow.
I'D COME FOR YOU • NICKELBACK
Please don't dwell on it, cause I didn't mean it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://road-666.motards.net



it's me, Contenu sponsorisé darling !



MessageSujet: Re: « Let the sun shine (liam)   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Let the sun shine (liam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Oblivion :: « Everthing comes to an end » :: ▬ Abandonned Ways-